• Diminuer la taille des caractères
  • Augmenter la taille des caractères
  • Imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Plan du site
  • Accueil
  • Contact

Le contrat de rivière du Giffre-Risse


Le contrat de rivière du Giffre-Risse comprend 71 actions sur 7 ans. Ce programme ambitieux a pour objectif:

-l'amélioration de la qualité des eaux superficielles et souterraines (Volet A)

-la gestion quantitative de la ressource en crue (protection des biens et des personnes) et à l'étiage (gestion des manques d’eau et qualité des milieux naturels) (Volet B),

-le maintien des fonctionnalités du milieu physique (Volet B),

-la mise en valeur des milieux et le maintien des usages de l'eau (Volet B),

-l'animation et le suivi du contrat de rivière pour assurer la transversalité de l'action et la concertation, l’implication des riverains professionnels et du grand public, la sensibilisation des scolaires (Volet C)


Localisation


cliquez pour agrandir l'image

Les actions phares


Actions de sécurisation des biens et des personnes :
Il s’agit ici de réduire l’aléa d’inondation en restaurant des zones d’expansion de crue le long des cours d’eau principaux, de renforcer les dispositifs de protection, de maintenir les gabarits hydrauliques, de communiquer auprès de la population sur les risques d’inondation, d’anticiper les situations de crise pour mieux gérer leur organisation. Exemples d’actions programmées :   restauration d’espaces naturels d’expansion de crue, dans le lit majeur du Giffre ou de manière plus artificielle 
Actions de gestion des ressources en eau :
L’objectif est de concilier les enjeux de prélèvement d’eau pour les activités économiques (EDF, retenues collinaires,…) avec le maintien de la qualité et du fonctionnement des milieux naturels (notion de débit réservé (débit qui doit obligatoirement rester à minima toute l'année dans le lit d’un cours d'eau). Exemples d’actions programmées :   étude de la nappe alluviale du Giffre et modélisation de son aquifère,   amélioration du débit réservé en aval du barrage de Taninges sur la base des débits minimum biologiques et de la concertation
Actions d’amélioration de la qualité des eaux superficielles et souterraines
L’objectif étant d’atteindre une bonne qualité écologique des eaux, les actions se porteront sur : la réduction des pollutions d’origine domestique (assainissement collectif, non collectif, pesticides non agricoles), la réduction des pollutions d’origine agricole et la réduction des pollutions d’origine industrielle.Exemples d’actions programmées :   Mise en œuvre de grosses infrastructures de pointe pour le traitement des eaux usées (Taninges, Mieussy/ Saint Jeoire)
Actions de préservation et de gestion des milieux naturels liés à l’eau
Cet objectif très ambitieux passe par plusieurs sous-objectifs : améliorer le fonctionnement physique et écologique des milieux aquatiques et riverains, améliorer la circulation piscicole, restaurer le lit et les berges, gérer les phénomènes d’érosion et dépôt de matériau, protéger et restaurer les milieux aquatiques remarquables,…Exemples d’actions programmées :   restauration de la dynamique sédimentaire,   définition d’une stratégie de gestion des forêts alluviales et des zones humides d’altitude et mise en œuvre des actions de restauration/conservation
Actions de pérennisation de la gestion globale de l’eau et des cours d’eau sur le bassin versant
Ce volet concerne toute l'animation de la démarche, toute la communication autour des actions et la sensibilisation à la protection des milieux aquatiques, ainsi que l'évaluation des impacts des actions menées dans le cadre du contrat de rivière sur l'amélioration de l'état des milieux. Exemples d’actions programmées :   animations pédagogiques sur le thème de l’eau, mise en place d’un outil de suivi, amélioration de la connaissance, mise en place d’un observatoire des cours d’eau…

Le financement


Un montant prévisionnel de 42 M€ sera engagé sur 7 années par les collectivités et des maîtres

Les acteurs


Le comité de rivière:

Le Contrat de Rivière est élaboré, validé et mis en œuvre par un comité de rivière, dont sa composition est arrêtée par le Préfet.
Le comité de rivière du Giffre, instance officielle, a été instauré en décembre 2003 et s’est réuni 4 fois jusqu’à ce jour.
Le comité de rivière est l’instance qui regroupe les acteurs du bassin versant à l’échelle locale et supervise le déroulement du programme d’actions défini par le contrat de rivières. Composé d’une soixantaine de personnes, le comité de rivière est organisé en trois collèges de représentants nommés par le Préfet : les collectivités territoriales, les usagers et les administrations.
-Les collectivités : outre le SIVM, la CC4R et le SM3A, tous les syndicats intercommunaux en charge de la gestion de l’eau ou de l’aménagement du territoire sont représentés.
-Les usagers : le contrat de rivières Giffre et Risse associe les usagers par le biais d’une concertation permanente. Usagers, associations de protection de la nature, fédérations professionnelles sont associées aux décisions prises, acteurs économiques.
-Les administrations : l’Etat par le biais de ses différentes services, l’Agence de l’Eau, la Région, le Département sont aussi partie prenante de la démarche.
 
Qui met en oeuvre le contrat de rivière?
Le SM3A sera le maître d’ouvrage, pour le compte du SIVM du Haut Giffre et la Communauté de Commune des Quatre Rivières, d’un nombre important d’actions du contrat de rivière (95% en nombre), essentiellement sur les volets « gestion risques inondations », « restauration des milieux aquatiques » et « communication, sensibilisation ». Des communes et syndicats d’assainissement, ainsi que des entreprises privées seront conjointement en charge de la mise en œuvre de certaines autres actions

  • Découvrir l'Arve
  • Espace documentaire
  • Accès Webcam