• Diminuer la taille des caractères
  • Augmenter la taille des caractères
  • Imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Plan du site
  • Accueil
  • Contact

Opérations hydrauliques


Les divers ouvrages ou aménagements hydrauliques réalisés sur la rivière le sont dans le respect des principes suivants :

Assurer une gestion globale et cohérente de la rivière

Il s'agit d'un principe fondamental, qui est à la base même d'une démarche telle que le contrat de rivière Arve.

Ralentir les écoulements, favoriser le stockage des eaux et la divagation de la rivière

Depuis de nombreuses décennies, digues de protection, remblai de la voie ferrée, aujourd'hui de l'autoroute, ... ont contribué à "chenaliser" l'Arve sur pratiquement 75% de son linéaire. L'enfoncement généralisé du lit depuis les années 1970 - 1980 n'a fait qu'accroître ce phénomène.


Là où c'est encore possible, l'objectif du Contrat de Rivière (mis en application par le SM3A) est de préserver les espaces de divagation de la rivière, aussi appelés "espaces de respiration".

Les buts recherchés sont multiples. Il s'agit de :

- ralentir les écoulements de la rivière (pour diminuer la violence des crues) ;

- stocker un maximum d'eau en cas de crue, là encore pour atténuer les effets à l'aval d'une éventuelle crue ;

- favoriser la divagation de la rivière, qui peut alors se recharger en matériaux ou les déposer en fonction des besoins.

Cela se traduit sur le terrain par des aménagements divers :

- seuils de relèvement (ex: les deux seuils de Contamine sur Arve / Scientrier);

- risberme (ex : Magland)

- terrasse submersible (ex: les Valignons à Marnaz)


Stabiliser le lit et limiter son enfoncement

Les extractions massives de matériaux dans le lit de la rivière (en particulier au moment de la construction de l'autoroute) ont entraîné au cours des dernières décennies un enfoncement du lit de l'Arve de plusieurs mètres (jusqu'à plus de 10 mètres à Passy !).

Cet enfoncement perturbe l'équilibre de la rivière en réduisant son lit majeur mais également en la coupant de ses milieux annexes, d'où une banalisation de la faune et de la flore en bord de rivière.
Un enfoncement qui tend également à fragiliser les ouvrages implantés dans le lit de la rivière.

Pour lutter contre ce phénomène d'enfoncement du lit, un programme de réalisation de seuils a été établi dans le cadre du Contrat de Rivière Arve (ex : seuil et contre - seuil de Pressy, seuil de Marignier, ...).

Protéger les personnes et les biens

On pense en premier lieu à la protection contre les inondations, mais il s'agit aussi bien souvent de se préserver des risques liés à l'érosion.
En effet, le déficit de matériaux dans l'Arve (à l'aval des Houches) est à l'origine d'un enfoncement du lit généralisé, c'est à dire d'un phénomène d'érosion accru.

Erosion du fond du lit mais aussi des berges, ce qui déstabilise tout ouvrage qui s'y trouve (pile de pont, digue, route, ...).


Là encore, ce sont différents types d'aménagements qui peuvent être réalisés en fonction de la situation :

Protection de berge rive droite à St Martin (Sallanches)

- des digues en enrochements ou en utilisant des techniques végétales dès que cela est possible (ex : digues de St Martin à Sallanches, de Magland, de Thyez, de Bonneville, de St Pierre en Faucigny, d'Annemasse, ...)

- des épis, qui sont des blocs d'enrochements disposés le long des berges de façon à réorienter les écoulements vers le centre du lit (ex : à St Martin et au niveau du lac des Ilettes à Sallanches, à Contamine sur Arve)

- d'autres types d'aménagements adaptés à la problématique locale (ex : dérivation de l'Arve aux Posettes, avec un puits et une galerie souterraine)


Retour haut de page
  • Découvrir l'Arve
  • Espace documentaire
  • Accès Webcam