• Diminuer la taille des caractères
  • Augmenter la taille des caractères
  • Imprimer
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Plan du site
  • Accueil
  • Contact

Causes et conséquences des inondations de l'Arve


Lac de Creusaz en crue
cliquez pour agrandir l'image Lac de Creusaz en crue
Vallée de l'Arve


L’histoire de l’Arve jusqu’au milieu du XXème siècle n’est qu’une succession d’inondations. Régulièrement, les archives et les journaux de l’époque témoignent des dégâts causés par ses débordements. Les causes de ces inondations sont diverses.

Les éboulements

La vallée de l’Arve, située en pays de montagne, est propice aux éboulements qui peuvent obstruer le lit de la rivière, comme en 1471 avec les éboulements rocheux de l’arête des Fiz, au-dessus de Passy.


Les embâcles et débâcles

Ces phénomènes sont réguliers : à cause de l’érosion, du déboisement ou de fortes pluies, les eaux des torrents affluents de l’Arve chargent divers matériaux solides (terre, roches et/ou bois mort). Leur lit s’obstrue et les matériaux forment un barrage : c’est l’embâcle. Les eaux peuvent alors former un lac temporaire ou encore changer de chenal d’écoulement. Puis, l’accumulation massive des matériaux fait céder le barrage : c’est la débâcle qui entraîne des inondations en aval, jusqu’à l’Arve. Cela peut provenir aussi d’un éboulement de glace sous les glaciers qui barre les eaux d’écoulement, formant un « sac d’eau ». Quand l’obstacle crève, l’eau se précipite vers l’aval en entraînant tout sur son passage.


La fonte des neiges

Une élévation brusque de température, causée souvent par un vent chaud, avec un isotherme 0° à 2 000 ou 2 500 m d’altitude peut provoquer une fonte des neiges augmentée encore par des pluies chaudes et abondantes : l’eau de fonte se précipite dans la rivière et peut faire monter très rapidement le niveau.


Les grandes averses

Mais la cause la plus fréquente de ces inondations, ce sont les grandes averses, anormales par leur intensité, leur persistance ou leur répétition rapprochée. En effet, il suffit de deux ou trois jours de pluie pour provoquer une crue importante et parfois moins si la pluie est assez intense.

Ces crues sont caractérisées par :

  • Une grande rapidité : l’eau peut monter en quelques heures à Chamonix et les crues peuvent se propager à la vitesse de 1 m 87 par seconde, c’est-à-dire qu’elles mettent alors 7 heures pour parcourir la distance de 47 km entre Passy et le pont de Bellecombe (sur la nationale de Findrol à La Roche). Elles peuvent atteindre leur maximum en 24 heures.
  • Une courte durée : les crues étant dues le plus souvent à de fortes pluies, celles-ci entraînent un refroidissement qui provoque des chutes de neige sur les sommets et ainsi le débit qui s’écoule en aval baisse ; les crues, alors, diminuent.

Evidemment, les conséquences sur la vie des populations étaient importantes. Les matériaux de charriage, en modifiant le cours du lit de la rivière, empêchaient les eaux de s’écouler de certains chenaux bloqués. Ces eaux stagnantes devenaient des marais insalubres qui provoquaient le paludisme. Au XVIIIème siècle, selon l’ancien cadastre, on comptait un total de 438 ha de marais, soit 13 % de la superficie des communes dont le territoire était entièrement en plaine. Quand les eaux allaient trop vite, elles arrachaient le sol cultivable ou le recouvraient de graviers stériles. On perdait ainsi à chaque crue des terres fertiles. Et on ne compte plus le nombre de maisons détruites ou simplement endommagées, les objets ou bêtes emportés par le courant, parfois même les hommes, les terres cultivées inondées, les ponts abîmés ou détruits, les routes coupées, emportées, dégradées. « En 1888, les dégâts causés par un seul orage sur les routes et les voies ferrées de cette région [bassin de l’Arve] ont été évalués à 2 785 000 francs. »

Merci à Géraldine Périllat, guide du patrimoine des Pays de Savoie, pour la rédaction de cet article


Retour haut de page
  • Découvrir l'Arve
  • Espace documentaire
  • Accès Webcam