Le 21/04/2021

SECURISATION HYDRAULIQUE DE LA GRIAZ

Dans un contexte de montagne, dans lequel les inondations ont fréquemment un caractère torrentiel (imprévisibilité, forte énergie, importance du transport solide) et en sa qualité de gestionnaire des ouvrages de protection hydraulique le SM3A – Syndicat Mixte d’Aménagement de l’Arve et de ses Affluents – procède à la sécurisation hydraulique du torrent de la Griaz aux Houches.

Contexte

Le torrent de la Griaz trouve sa source au niveau du glacier du même nom et des ravines des Arandellys. Il traverse le centre du village des Houches avant de confluer avec l’Arve via un pont canal qui enjambe la route blanche.

Caractérisé par un petit bassin versant (qui culmine à plus de 3 000 m d’alitutde) de 4,7 km2 à pente importante (pente moyenne de 50 %) et à forte disponibilité en matériaux, le torrent produit régulièrement des laves torrentielles qui peuvent se propager jusqu’à sa confluence, traversant sur leur passage une zone fortement urbanisée.

Lave torrentielle de juillet 2015

Le 19 juillet 2015 une lave torrentielle a causé d’importants débordements au droit de la patinoire, le mélange de matériaux solides (sédiments et blocs) atteignant de peu la route départementale.


Le volume de lave pour un événement d’occurrence centennale est estimé à 80 000 m3 de matériaux. Les hauteurs atteintes par l’écoulement sont d’autant plus importantes que la largeur du lit est étroite et que le front de lave transporte de gros éléments susceptibles d’obstruer le lit et de bloquer le transit. Des hauteurs de l’ordre de 6 m sont calculées en amont du pont de la RD 213 pour un phénomène extrême, et dans la mesure où le lit offre une largeur suffisante pour un étalement maximal de la lave.

La principale problématique du torrent concerne donc le transport solide : le bassin versant de la Griaz est un gros producteur de matériaux mais le transit des sédiments n'est pas effectif partout, notamment à cause de l’encaissement de la pente qui limite les zones de dépôts, générant ainsi des situations à risque. Les crues et laves torrentielles peuvent donc s'avérer très destructrices et engendrer des réparations coûteuses.

Objectifs et nature des travaux

Pour contrôler la quantité de matériaux solides transitant jusqu’à la confluence et ainsi diminuer le risque de sortie de lit, le SM3A va créer une zone de régulation en tête de cône qui permettra de retenir les matériaux les plus importants, tels que des blocs de plusieurs tonnes ou des embâcles.
La partie liquide de la crue et la fraction solide non laminée par l’ouvrage de régulation pourront transiter en aval. Le chenal d’écoulement existant va être remodelé pour lui donner une largeur constante de 15m.
De part et d’autre, les berges seront terrassées créant ainsi une zone de dépôt latérale pour les épisodes plus significatifs. Cet ouvrage qui sera situé en amont des zones à enjeux, aura également pour objectif d’améliorer le fonctionnement du torrent en aval.
En complément de cet aménagement, le SM3A va également remodeler la section aval du torrent en élargissant le chenal au droit de la patinoire et en reprenant le mur existant en amont de l’équipement sportif.
Au droit de la patinoire la section du lit forme un coude et présente une largeur réduite à 14m (contre 20m en moyenne sur le reste de son linéaire) insuffisante pour assurer le transit d’un phénomène d’occurrence centennale sans débordement.
Les travaux vont permettre de passer la largeur du chenal à 20m et la protection de berge en rive droite (mur en béton armé) va être confortée. En rive gauche un ancien bras très marqué est présent dans la zone forestière. Les écoulements qui transitent dans ce talweg reviennent au lit principal du torrent par une fenêtre dans le mur béton.

Pour assurer le retour au lit à une section suffisante, la largeur de cette fenêtre sera portée de 3,50m à 20m.
Le chenal débouchant actuellement dans l’ouverture sera également mis au gabarit de la nouvelle fenêtre.
Enfin le mur béton en rive gauche entre la fenêtre de retour au lit et l’entonnement du pont sera rehaussé afin d’être calé au même niveau que la protection rive droite.

Inscrits au PAPI (Programme d’Actions pour la Prévention des Inondations) de l’Arve, ces travaux vont permettre de protéger les personnes et les biens contre les inondations.